Les Oeuvres


Depuis le jour (1900) où elle prend la plume pour rectifier l'opinion qu'un journal suisse exprime sur le Maroc, elle n'a de cesse de peindre la vie – qu'elle connait profondément - des marocaines, des marocains, des Petits Blancs (non) Marocains et du monde dans lequel ils vivent, avec rigueur, sagesse, ironie. Elle s'inquiète aussi des grands thèmes politiques internationaux. Elle n'est pas la seule à avoir transcrit la culture orale du Rif, mais sa voix est si juste et ses personnages sont si vrais que sa plume n'a pas souffert du cours du temps. Sa vie durant elle aura publié articles, nouvelles, romans, chants, sujets de cinéma, discours officiels, contes, plaidoiries, poésies, à l'écoute attentive des tangérois ; jamais présente à la première personne, elle est pourtant toujours là, avec noms d'emprunt, ou en filigrane, et elle arrive à parsemer ses écrits, qui reflètent sans faille les cultures qu'elle dépeint, de ses opinions personnelles, de repères qui nous font comprendre son idée de la vie, opinions et idéaux qu'elle dévoile dans ses aphorismes avec poésie et impartialité. Ce qu'elle considère certainement le summum de ses pensées, distribuée dans plusieurs ouvrages d'une forme et d'une teneur si différentes, est contenu dans une valise qu'elle range avec soin avant de mourir (1969) et qui émergera comme on l'a lu, en feuillets épars, d'un des nombreux déménagements des Benchekroun (cfr…). Ce sont ces feuillets, organisés en partie dans le cadre du Projet Femmes Méditerranéennes (cfr….) puis perdus, puis retrouvés, complétés par Olga Benchekroun, qui s'ajoutent aux nombreux articles de journaux que la Fondation aimerait publier.

Emanuela Benini

Histoire
Oeuvres éditées
Oeuvres inédites
Bibliographie
Le fonds
Voir / Ecouter

accueil







Extrait sonore: Où étais-tu cachée ?

Texte Elisa Chimenti,
Musique et chant Nicole Renaud.